Spread the love

 92 total views,  1 views today

L’avantage avec Frédéric Antonetti, c’est qu’il n’a pas sa langue dans la poche. Alors au moment de se présenter face à la presse après la lourde défaite du FC Metz face à l’AS Monaco (4-0), on sait que les balles vont fuser. Et une fois n’est pas coutume, le Corse a sorti la sulfateuse pour pointer du doigt le comportement de son groupe sur la pelouse des Monégasques, en rappelant encore une fois l’effort des supporters pour venir assister à la rencontre : “Nos supporters ont fait 1 000 kilomètres, c’est une période difficile. Quand on fait ce genre de prestation, il faut assumer”, a-t-il indiqué, avant d’attaquer Niane.

“Ça devient très pénible”

“C’était nettement nettement insuffisant. Il (Ibrahima Niane) est toujours par terre en train de pleurer, de réclamer la faute, ça devient très pénible. Si on veut être avant-centre, il faut être au combat et il ne l’est pas du tout. (…) On s’est déstabilisés tout seuls, ils n’ont pas eu besoin de trop forcer, c’est la fragilité mentale. On s’est mis à l’envers. Ce qui est agaçant, c’est pourquoi le ballon revient à Oukidja (fautif sur le but), ça veut dire qu’on ne prend pas nos responsabilités. Il fait l’erreur, car on lui donne le ballon. On joue petit bras. Si on joue vers l’avant, ce n’est pas pareil, mais on a eu sept-huit situations très mal gérées.” La semaine prochaine promet d’être animé an Moselle.

suivez-nous
error0
fb-share-icon0
Tweet 20
fb-share-icon20
Suivez-nous
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *